Accueil Lifestyle Le succès de la perte de poids en 6 clés – La méthode

Le succès de la perte de poids en 6 clés – La méthode

0
206

Si tu n’as pas lu l’article d’introduction, il est indissociable de la bonne compréhension de ce qui va suivre alors STOP et clique ICI

1ere clé : Etat des lieux objectif et bienveillant.

La première clé pour réussir, est de faire un réel état des lieux de la situation actuelle, et de notre passé. Il est primordial d’observer où on en est aujourd’hui, et comment on est arrivé là. Mais au delà de ce que nous savons déjà (notre histoire, nos souffrances, notre silhouette ou notre santé), il est nécessaire d’être dans une démarche de bienveillance. Il ne s’agit pas de se détester, de rejeter l’état actuel des choses, de se traiter comme un(e) moins que rien, de s’insulter d’être ce qu’il-elle est. L’auto flagellation est absolument contre productif. On peut refuser de rester ainsi mais le dégout de soi comme moteur est une fausse bonne idée : nous devenons aveugles des qualités et des capacités que nous possédons, nous associons notre image à de la haine et ce lien restera figé dans notre tête tout au long de notre vie, kilos perdus ou pas. Cela aura pour conséquence une insatisfaction chronique et un risque réel de tomber dans les travers des TOC ou TCA, et nourrira la frustration et la colère tout au long du processus contre nous même ainsi qu’à l’encontre de notre entourage si ce dernier à une responsabilité réelle ou présumée.

Au contraire, et c’est la que commence le travail : si vous êtes capable de conscience, d’objectivité, vous serez en mesure de voir la problématique dans son ensemble, objectivement avec vos points faibles et vos points forts ; et si vous le faites avec bienveillance, il vous sera plus évident de pardonner les erreurs passées, de vous pardonner, et d’accepter que oui, le résultat aujourd’hui est « cohérent avec mes choix passés, et c’est parce que je ne se souhaite que le bon pour moi que je vais procéder autrement« . Rien ne vous empêche de garder un souvenir de votre point de départ, une photo ou autre, mais il n’est pas sain et je pèse bien mes mots, de la regarder avec honte, dégout ou moquerie. C’est vous, et votre vie. Vous êtes malheureux-se, il vous faut prendre les décisions qui vont vous rendre heureux-se. Il vous faut assumer votre situation aujourd’hui, pour être capable de la regarder dans les années à venir avec fierté du travail réalisé. Ne pas l’occulter non plus, pour ne jamais oublier d’où vous partez, et ce que vous avez parcouru.

before-after-ill-be-happier-if-im-skinnier-nope-that-49891586

2ème clé : Déterminer ses objectifs et ses priorités.

Qu’est ce que je veux VRAIMENT? Perdre 5 kilos, ok bien mais pourquoi 5? pourquoi pas 4.7 ou 6.2? Qu’est-ce qui me dit que le bonheur se trouve dans 5 kilos? La nostalgie d’une époque, d’un pantalon caché depuis des années au fond du placard, parce que c’est rapide, 5 kilos? Ah m*rde, je l’ai toujours ce bourrelet, finalement 5 kilos de plus et c’est bon après on en parle plus ?

Perdre du poids c’est juste abstrait. Mais malgré tout c’est la seule donnée valable aux yeux de tous. Perdre 5 kilos quand on en fait 60kgs ça n’aura pas le même impact visuel si on en fait 100, et cela n’aura pas le même effet selon sa morphologie, sa composition corporelle, si on a eu des enfants. On réfléchi donc à son objectif réel en se basant sur l’état des lieux établi en phase 1 et on liste : perdre du poids pour améliorer sa santé, avoir un six pack, gagner en force, jouer avec ses enfants, faire telle activité, gagner en confort, gagner quelques années de plus.. Ces buts (à formuler de façon positive) sont un point de départ concret, qui vont vous servir de mantras ils doivent donc être réels et motivants. Mais surtout ils sont évolutifs! Au fil du processus, ils peuvent parfaitement changer et c’est tout à fait normal. Au départ, je voulais « faire un 36″ . Rapidement, je me suis rendue compte que c’était complètement idiot, et que je voulais en fait perdre en masse grasse et afficher des abdos dessinés. Puis j’ai voulu gagner en explosivité. Si je suis trop « sèche », je pense que je ne vais pas dans cette direction, j’ai donc accepté que mes abdos ne soient pas dessinés pour que mon corps supporte tout ce que je lui fait subir. Aujourd’hui quand je dis que j’ai perdu 12 kilos, ça semble avoir du sens pour les autres, mais à poids égal depuis 3 ans maintenant ma silhouette ne cesse de changer, pour moi ça ne veut plus rien dire !

Les priorités sont déterminantes sur la réalisation de son/ses objectif(s) : si vos priorités sont extérieures à vous, il est probable que vos objectifs ne soient jamais atteints. Mais il vous faut être honnête avec vous-même : vous ne pouvez pas réussir, si vous n’est pas votre priorité.

Il ne s’agit pas d’abandonner vos enfants, votre conjoint, vos amis (…)! Mais si vous avez encore des doutes, questionnez-vous. Dans une journée de 24h, combien vous consacrez de temps pour vous? Combien de temps pour les autres? Combien de leur temps pour vous? Pourquoi avoir une alimentation qui n’est pas cohérente avec votre objectif ? Pourquoi vous laisseriez les autres prendre les décisions vous concernant à votre place? Une fois le dos tourné, qui se retrouve seul(e) face à son mal-être, eux ou vous? D’ailleurs, ce projet, vous le faites pour vous ou pour quelqu’un d’autre?

Si vous avez 2h pour regarder un truc à la télé, c’est que vous aviez un peu de temps pour vous mais que vous l’avez donné à M6 ; réappropriez vous un peu de ce temps pour faire quelque chose en lien avec vos objectifs. Si vous avez une logistique compliquée qui vous restreint chez vous adaptez votre situation pour le rendre positif (exercice à la maison, cuisiner pour la semaine etc..).

3éme clé : S’informer

Maintenant que vous avez compris vos erreurs, fais la paix avec vous même, fixé vos objectifs et compris que pour les atteindre il fallait s’octroyer plus de temps et d’importance, il vous faut vous renseigner. Vous ne pouvez pas partir tête baissée dans un projet sans avoir les outils pour le mener à bien. Et souvent, c’est là que ça foire lol bonjour Biba, ça va? C’est quoi ton régime cette semaine?

Dans le fond, on sait parfaitement ce qu’il faut faire, ça nous fait suer parce que ce n’est pas totalement immédiat, spectaculaire, exotique et c’est ça qui fait ch*er : on sait pertinemment que pour perdre du poids il faut que la dépense énergétique soit supérieure à l’apport, soit bruler plus de calories qu’on en mange, que pour être en bonne santé qu’il faut manger des produits entiers, tous les jours, et qu’une assiette doit contenir un peu de tout et surtout beaucoup de végétaux. On sait que les produits industrialisés et transformés ce n’est pas conseillé, pas besoin de YUKA pour ça. On sait qu’il faut bouger, à défaut de faire du sport marcher tous les jours et rester actif-ve. Simple? En fait oui. Et non. C’est pourquoi il faut s’informer le plus possible, sur comment cuisiner les produits bruts, comprendre la dépense énergétique, le mécanisme de stockage en cas de surplus mais aussi de sous-alimentation, le rôle de la faim-seuil de satieté, etc…

Les bibliothèques et internet regorgent d’informations, et on peut s’y perdre : beaucoup se rapprochent des magasines avec leur régime « hotesse de l’air » « détox 5 jours » « soupe aux choux » « sans glucides » etc… Mon conseil : vérifiez le parcours des intervenants, fuyez les promesses de résultats rapides ou les personnalités qui trainent quelques polémiques (je pense au docteur Cohen, condamné par l’ordre des médecins de 2 ans d’interdiction d’exercer), axez votre recherche sur la santé, évitez les injonctions de suppression d’un groupe d’aliments si cela ne correspond pas à votre mode de vie, consultez des nutritionnistes, posez des questions à des coachs, interagissez avec les diététiciens diplômés sur internet, et enfin recoupez les infos et soyez critiques.

Pour être acteur-rice et maitre-sse de votre parcours, vous devez vous renseigner, comprendre, assimiler ; être autonome car c’est un projet de vie qui ne dépend que de vous. 

4ème clé : Avoir un plan.

Le moral : au top. Les objectifs : clairs et motivants. La priorité : moi et mon succès. Les outils : riches, divers, de sources multiples et de qualité. Maintenant, on se fait notre plan d’attaque.

On détermine sur notre plan le temps qu’on s’octroie par jour ou par semaine, en isolant des créneaux qu’on est sûrs de tenir. Si vous n’êtes pas du matin, pour commencer une séance à 6h30 avant le taf c’est hard. Oubliez pour le moment.

On réfléchi à la logistique qui va autour : matériel nécessaire, temps de trajet, temps de la douche, prix du parking, de l’abonnement etc.. On s’adapte selon ses contraintes.

On ne se met pas en danger inutilement : trop de restriction, de frustration, de nombre exagérément élevé de séances…

On est cohérent dans ses choix : on reste alerte, actif-ve, on se nourrit de choses bonnes pour nous qu’on aime, on s’écoute et on applique les outils et les informations assimilées en amont.

On se fait PLAISIR. La bouffe, c’est la vie, même en déficit calorifique. Le sport c’est l’éclate QUE s’il est choisi parce qu’il vous plait. Rien dans ce plan ne doit être un stress car ce dernier peut totalement gâcher votre résultat.

On se donne des minis deadlines pour checker si tout va bien, mais on pense surtout LONG TERME. Et jamais, jamais on pense bikini body s’il vous plait, sinon remontez à la clé n°1 :p

5ème clé : Observer, comprendre, ajuster.

Blague à part de la dernière phrase du point précédent, il vous faudra de toute façon régulièrement repartir de la phase 1. Vous allez évoluer, et donc les besoins, les objectifs, les informations et le plan correspondant vont indubitablement suivre. Il s’agira de progrès dans le parcours qui vous amèneront à ajuster votre projet, pour qu’il puisse être un mode de vie à part entière, et vous pousser vers le but finalement commun à toutes et tous : être en harmonie avec vous-même, dans le corps et l’esprit.

6 ème clé : Etre ouvert et positif.

Jusqu’à présent nous nous sommes concentrés sur la sphère individuelle, mais on ne peut absolument pas faire abstraction du monde qui nous entoure. Quoi de plus courant que de découvrir que tout le monde a désormais un avis à donner sur votre projet? C’est fascinant, et cela montre à quel point cela concerne beaucoup de gens. En dehors des fameuses croyances populaires dont j’ai fait mention dans l’article d’introduction, l’attitude parfois intrusive ou faussement empathique pourra être désagréable. Mais il est intéressant de prendre l’énergie de l’entourage, négative comme positive, comme moteur de motivation et non comme frein. Parfois, il s’agit de méconnaissance, de peur, de reflet de leurs propres blocages, et cela ne doit pas vous concerner. Prenez bonne note des inquiétudes, observez votre situation avec la bienveillance du départ, et vous saurez si ces inquiétudes sont justifiées ou non.

Aussi et je vous le souhaite, vous rencontrerez des personnes plus expérimentées, ou avec d’autres outils pour mener à bien votre projet. Être ouvert-e à différents points de vue est extrêmement bénéfique pour étoffer vos connaissances ou vous assurer que définitivement non, cette méthode ne vous correspond pas. Mais gardez à l’esprit que toute information n’a de valeur que si elle est appliquée et répétée donc, faites le tri, expérimentez, ajustez, rendez ce projet unique et taillé sur mesure pour vous.

Conclusion

Pour résumer, le succès d’un projet se tient dans une attitude positive envers soi et les autres, des objectifs clairs et motivants et un sens des priorités cohérent, des recherches d’informations de qualité et multiples, un plan d’attaque en adéquation, la capacité d’observer et de se remettre en question, et enfin faire preuve d’ouverture d’esprit.

J’espère que cet article, très important pour moi, a pu vous être utile ou du moins vous faire réaliser que la réussite est possible avec un peu de méthode.

Si vous souhaitez en parler n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à m’envoyer un petit mail ! Et si vous avez besoin de conseils plus ciblés, faites-le moi savoir ;) Cela donnera peut-être naissance à un prochain article sur les do et don’t pour aider à la perte de poids en bonne santé ou bien sur les personnalités et comptes source d’inspiration, lequel à votre préférence?

Belle semaine :)

Annabelle.

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par fitnessetchocolat
Charger d'autres écrits dans Lifestyle

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Adopter une alimentation végéta*ienne, ACT I

Un défi qui n’en est pas vraiment un, mais plutôt la mise en pratique d’un cha…